VANDENHOVE DANS LA GAZETTE NORD-PAS-DE-CALAIS

  • 24 septembre 2013
VANDENHOVE DANS LA GAZETTE NORD-PAS-DE-CALAIS

Vers de nouveaux marchés. Unique en région, l’entreprise Vandenhove, ancrée depuis 1929 en métropole lilloise et depuis dix ans à Wervicq-Sud, est spécialisée dans l’ennoblissement textile et l’assemblage des matériaux souples.

Etienne Vandenhove, entamant la trentaine, sera d’ici deux ans le nouveau directeur. Un rôle qui le met face à des défis inédits pour l’entreprise tels que la recherche de marches novateurs et le crédit des investisseurs mondiaux. Un virage qu’il a cependant suivi il y a cinq ans déjà, grâce a son profil commercial.

 « Un jour mon père qui arbore un profil technique m’a demandé de l’accompagner au salon Citex à Troyes afin que je démarche des clients potentiels étrangers. Ce fut un déclic pour moi et mon ticket d’entrée dans l’entreprise Depuis mon arrivée pendant la crise en 2008 j’endosse le rôle d’apporteur d affaires ce qui amené un nouveau souffle à la société en déclin auparavant. Cette année nous allons battre notre record en termes de CA, approchant le million d’euros », se réjouit le patron en herbe qui avoue apprécier prendre progressivement les rênes de l’entreprise familiale.

 « J’aime apporter des solutions même si nous prénom encore les décisions a deux. J’ai toujours pensé que reprendre une entreprise pouvait être très stimulant malgré les embûches, mais avant d’intégrer la société je n’en parlais pas », avoue-t-il timidement Bertrand Vandenhove, quant à lui, anciennement employé dans les transports, a racheté les parts de son père en 1983 alors qu’il était tout juste trentenaire. Une histoire qui semble se répéter à quelques détails près. « C’est grâce à mon ancien patron que j ai su prendre des décisions, il était mon père spirituel. Ici jusqu’à la passation je suis encore un peu I’homme-orchestre surtout concernant l’adaptation et la maintenance des machines. Etienne, lui, s’occupe d’ouvrir de nouveaux marches mais je souhaiterais qu’il s implique davantage dans la vie de l’atelier », souffle-t-il en ne cachant pas, malgré tout, sa fierté pour son fils et en reconnaissant que l’évolution et l’ouverture de l’industrie du textile sont nécessaires a un avenir prospère.

 « A une autre époque le marche arrivait tout seul, aujourd’hui c’est différent », appuie a son tour Etienne. « Depuis que nous avons développe les produits techniques avec le contre-collage et le transfert notre croissance a décolle progressivement. Nous touchons différents secteurs comme l’ameublement, la literie, la protection thermique, la bagagerie haut de gamme en gros volumes ou en commandes sur-mesure. Mais nous sommes des façonniers et nous dépendons de la santé économique de nos clients qui sont des fabricants de tissus régionaux ».

L’avenir du marche et la formation a venir des salaries aux nouvelles techniques semblent inquiéter le jeune repreneur car ces marqueurs économiques traceront la voie de la société. Mais, pour l’heure, le départ de son père le préoccupe davantage. « Pour l’instant je dois trouver une personne telle que mon père capable de transmettre un savoir faire technique et ancien. C’est l’une de mes priorités avant qu’il ne quitte l’entreprise dans deux ans », affirme t’il.

TÉLÉCHARGER  L’ARTICLE COMPLET EN CLIQUANT SUR LE LIEN CI-DESSOUS

LA GAZETTE NORD-PAS DE CALAIS